L’Unité de Valorisation Energétique du SMICTOM du Chinonais

 

Présentation de l’UVE :

  • L’Unité de Valorisation Energétique du SMICTOM du Chinonais, est sortie de terre en 1983, sur le site de St Benoît-le-Forêt ;
  • Sa capacité technique de traitement est de 20 000 tonnes par an ;
  • L’usine possède un four d’incinération équipé d’une chaudière de récupération thermique qui lui permet de produire de la vapeur ;
  • L’énergie produite par l’UVE a deux utilisations :

– pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire du Centre Hospitalier du Chinonais

– pour les besoins propres de l’UVE, qui utilise une partie de cette énergie pour réchauffer l’air de combustion avant injection dans le four. 

  • Une grande partie n’est pas utilisée et la température doit être abaissée par le biais de gros ventilateurs, appelés aérocondenseurs. Il y a donc un fort potentiel de valorisation : une réflexion est en cours pour utiliser davantage de vapeur.
  • Elle a bénéficié au fil du temps de nombreuses modernisations qui lui permettent d’afficher d’excellents chiffres en matière de rejets. Le SMICTOM s’engage depuis son origine, pour plus de sûreté et de performance.
     

val-des-dechets

Les différentes étapes de traitement :

 

  1. Les camions sont pesés à l'entrée et à la sortie de l'UVE ;
  2. Les camions de collecte vident les sacs noirs dans une fosse ;
  3. A l’aide d’un grappin, un agent récupère des sacs et les place dans le four ; 
  4. Les déchets sont ainsi incinérés par combustion spontanée (sans apport de carburant) ; 
  5. Les fumées dues à l’opération sont traitées et contrôlées dans des normes strictes ; 
  6. Il reste néanmoins :  

– des résidus non combustibles appelés mâchefers qui sont enfouis dans une ISDND (Installation de Stockage de Déchets Non Dangereux) à la Celle-Guenand;

– des ferrailles qui sont recyclées à Dunkerque 

– des résidus de fumées appelés REFIOM (Résidus d’Epuration des Fumées d’Incinération des Ordures Ménagères). Ils sont valorisés. Ils permettent de combler d’anciennes mines de sel qui s’effondrent en Allemagne.

 

L’incinération fait peur. Pourtant, une analyse est effectuée 24h/24 -7jours/7

La moindre mauvaise analyse est signalée informatiquement ; 

Tous les week-ends, il y a une maintenance par le personnel, de l’ensemble de l’installation : grappin, tapis des mâchefers (résidus de l'incinération des ordures ménagères laissés en fond de four et constitués dans leur très grande majorité des matériaux incombustibles des déchets), ramoneur, armoires électriques. ;

D’autres matériels sont inspectés sous quinzaine et mensuellement ;

Les gaz sont analysés et les résultats sont transmis à la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) qui contrôle que ceux-ci soient conformes aux normes.

 

Pourquoi le tri est-il très important ? 

En effet, la qualité des gaz et de la vapeur dépendent des ordures ménagères apportées ; 

Malgré l’amélioration croissante du geste de tri sur le territoire du SMICTOM, nous retrouvons encore aujourd’hui, dans les sacs noirs : des piles, des déchets fermentescibles, de petits D3E (Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques), des boîtes de conserve et des bouteilles et flaconnages en plastique. 

Le compostage est un allié de taille dans la qualité de brûlage des sacs car les déchets verts plus humides ne sont pas idéaux pour la combustion ;

Le coût de traitement est plus élevé si on jette des déchets recyclables dans le sac noir que si on les met dans les bons contenants de tri. Et pour certaines matières, il y a un manque à gagner très important.

Bon à savoir pour son porte-monnaies


Collecte et coût de traitement – combien ça coûte ?


L’exemple des matériaux à recycler à destination des sacs jaunes et des sacs /conteneurs bleus
Si l’on ne trie pas : cela coûte 182 € HT/tonne
Si l’on trie : cela coûte 69 € HT/tonne


L’exemple des emballages en verre
Si l’on ne trie pas : cela coûte 216 € HT/tonne
Si l’on trie : cela coûte 7,78 € HT/tonne


L’exemple des déchets verts
Si l’on ne trie pas : cela coûte 216 € HT/tonne
Si l’on trie : cela coûte 0 € HT/tonne

 

Revente de matériaux – combien on perd ?


L’exemple des boîtes de conserves en fer :
A la sortie du four de l’UVE : la tonne d’acier issue des mâchefers sera revendue 13,90 € HT
Dans les sacs jaunes : la tonne d’acier triée sera revendue 141,30 € HT.


De quoi inciter à bien trier, non ?